Bibliosphère : Le Divin Marché – Dany-Robert Dufour


Le Divin Marché

La révolution culturelle libérale

Dany-Robert Dufour

Folio Essais


Le Divin Marché est un livre à la fois primesautier dans le style et minutieux dans les analyses. De l’humour – on sourit en lisant certains passages – et un vrai style d’écriture, un livre très accessible mais qui ne sacrifie pas l’exigence philosophique. Et surtout, un livre qui sait “mordre sur le réel”, qui donne à penser ce qui arrive.

Si le libéralisme semble être la nouvelle religion de notre temps – avec ses dogmes : les sacro-saints déficits publics, la bienfaisance de la concurrence libre et non faussée ; ses promesses de salut, mais un salut immanent, par la consommation et la satisfaction ; ses idoles : le Marché ; ses rites et ses prières : on implore la croissance, qu’Elle ait pitié de nous et nous accorde Sa grâce et Ses emplois – si donc le libéralisme est cette religion moderne ou postmoderne, elle se doit d’avoir elle aussi ses Dix Commandements, gravés dans le marbre en lettres incandescentes. Le Divin Marché propose les tables de la Loi libérale, qui, loin de pacifier la société, au contraire la ronge et la plonge dans le chaos tourbillonnant de la lutte des égoïsmes.

Les nouveaux troupeaux égo-grégaires

Le Divin Marché part d’un paradoxe : la montée de l’individualisme et de l’égoïsme s’accompagne d’une forme d’uniformisation des individus et des comportements. D’un côté, des injonctions à « être ce que nous sommes », à être anticonformistes, à nous ficher du regard des autres, à ne pas nous satisfaire des étiquettes, des « cases », bref, le « venez comme vous êtes » d’un célèbre fast-food ; de l’autre, le fait que cette injonction, en s’adressant à tout le monde de la même manière, et en les poussant aux mêmes comportements, produit en fait des clones – qui ne se rendent même pas compte qu’ils le sont. En somme, être ce que nous sommes mais… comme tout le monde. Dufour parle d’un « égoïsme grégaire »(p.29) consistant, pour chacun d’entre nous, à « vivre en troupeau en affectant d’être libre »(p.30). Une aliénation au carré : être soumis (au Marché) en croyant être plus libre que jamais. Et donc, ne même plus voir l’aliénation.

« C’est par l’égoïsme, écrit Dufour, qu’il faut attraper les individus afin de les mettre en troupeau, car c’est le moyen le plus économique et le plus rationnel d’élargir toujours plus les bases de la consommation d’un ensemble de personnes en permanence menées vers des besoins réels ou, le plus souvent, supposés. »(p.30) Le libéralisme, à mille lieues de l’émancipation qu’il promettait – et qu’il a, un temps, produite – aboutit à de nouveaux troupeaux, de nouvelles aliénations en somme, des « formation égo-grégaires »(p.31).

Il faut prendre acte de ce paradoxe. Et, en permanence, rappeler qu’il y a derrière cela, des jeux de domination concrète, d’accumulation de richesse, de paupérisation etc. Mais surtout, essayer de comprendre par quels mécanismes tordus et pervers on a pu en arriver là. C’est l’enjeu du Divin Marché.

Tables de la loi libérale :

• “Tu te laisseras conduire par l’égoïsme !”
• “Tu utiliseras l’autre comme un moyen pour parvenir à tes fins !”
• “Tu pourras vénérer toutes les idoles de ton choix pourvu que tu adores le dieu suprême, le Marché !”
• “Te ne fabriqueras pas de Kant-à-soi visant à te soustraire à la mise en troupeau !”
• “Tu combattras tout gouvernement et tu prôneras la bonne gouvernance !”
• “Tu offenseras tout maître en position de t’éduquer !”
• “Tu ignoreras la grammaire et tu barbariseras le vocabulaire !”
• “Tu violeras les lois sans te faire prendre !”
• “Tu enfonceras indéfiniment la porte déjà ouverte par Duchamp !”
• “Tu libéreras tes pulsions et tu chercheras une jouissance sans limites !”

La mécanique libérale : anatomie de l’horreur

Au fond de toutes ces transformations se trouve le Marché, tel qu’il est théorisé au XIXème siècle par les grands penseurs libéraux, Adam Smith en tête. Le Marché, notre nouvelle divinité. Grâce à lui, et uniquement lui, la société, nous promirent ces penseurs, allait se pacifier, les richesses s’accroître et se répartir de manière plutôt satisfaisante, chacun aurait le droit de jouir de sa liberté, les intérêts de chacun, en se mettant en concurrence les uns avec les autres, garantiraient à tous la prospérité. Ces penseurs nous assurèrent qu’une « main invisible » guidait le Marché, la main d’un Dieu bienveillant soucieux de l’harmonie générale. Ils eurent foi en une Providence qui ne pouvait manquer de nous élever vers le meilleur. Pour que ces délices mirifiques se réalisassent, il aurait suffi que la société s’abandonnât au Marché, partout et toujours. Il aurait suffi « selon le mot d’ordre du libéralisme, [de] « laisser faire », car, au fond, c’est dieu qui fait. »(p.124)

Le libéralisme vante donc la libre entreprise et la concurrence déchaînée censée produire l’harmonie. Il postule que les seuls motifs qui meuvent l’homme sont son égoïsme et rien que son égoïsme. Et non seulement que c’est la seule chose qui nous motive réellement, mais qu’il ne doit surtout pas en être autrement ! Sous peine d’entraver le marché, de fâcher ce dieu capricieux et vengeur. Pour débrider les pulsions égoïstes, il faut les désincarcérer de tout ce qui auparavant les contenait : la loi, l’autorité, le surmoi freudien, la tradition, l’asymétrie des générations entre le maître et l’élève, les règles établies… Tout doit disparaître afin que ne subsiste que l’individu et son petit intérêt égocentré. L’individu ? Que diable, non ! Mais au contraire, une « société-troupeau de consommateurs prolétarisés »(p.51), de sorte que tous ceux qui parlent de montée de l’individualisme se trompent de diagnostic.

Le seul principe régulateur de ces libertés déchainées invitées sans cesse à vivre leurs pulsions, c’est la mise en concurrence. Et pour cela, « il faut […] assurer à chaque individu le droit d’accéder au marché. C’est la seule façon pour que chacun puisse défendre ses propres intérêts et atteindre ainsi à la dignité »(p.320-321). C’est l’avènement de l’égalitarisme libéral : c’est-à-dire de la destruction de toute forme de hiérarchie, d’asymétrie, bref : de différence. Car, au final, c’est bien elle qui se voit dissoudre.

Ces deux principes (liberté et égalité libérales) sont fondamentaux pour comprendre les effets que produit le libéralisme dans les différents domaines auxquels il s’attaque.

Ce que le libéralisme fait au monde

En matière d’art – abordé au chapitre IX – les choses sont claires. Marcel Duchamp avait, début XXème, fait exploser l’art, notre façon de regarder les œuvres et de les produire. Il avait pour ça procédé à une inversion complète. Nous étions auparavant convoqués par l’œuvre, sommés de répondre présent, d’être à la hauteur de ce qu’elle montrait – au sens d’une « monstration » tenant parfois aussi du « monstrueux ». Bref : ces œuvres « percent des trous dans nos systèmes de pensée, elles minent les stabilités satisfaites. Et elles attendent de nous que nous répondions à cette convocation. »(p.346) Mais le spectateur égo-grégaire est incapable de sortir de lui-même. Désormais « je regarde ce que je veux, comme je veux, et j’y vois ce que je veux. »(p.347). Pareil pour l’artiste, qui est plus important que l’œuvre : voilà pourquoi une boîte de conserve peut devenir « œuvre d’art » si tel « artiste » l’a décidé. L’œuvre disparaît derrière le spectateur et derrière l’artiste – derrière le marché de l’art également –, elle disparaît tout court.

Dufour analyse également les mutations de la famille (chapitre I), notamment sous l’angle de la propagation des postes de télévision qui la désorganise et la restructure, et en même temps formate l’imaginaire selon les codes de la société capitaliste (consommation, nouveaux désirs, pulsions etc.). Le Divin Marché aborde le rapport à la transcendance (chapitre III), bouleversé par l’apparition de ce nouveau dieu qu’est le Marché. Avec là aussi un paradoxe : l’affaissement des religions constituées se double de « démonstrations de croyances exacerbées »(p.109). Dufour tente d’éclaircir ce paradoxe en montrant en quoi l’on peut dire que le libéralisme est lui-même une religion.

De longs développements sont également consacrés à la langue (chapitre VII), affectée en son cœur. Appauvrissement, adaptation aux logiques économiques, perte d’un certain nombre d’éléments tels que des connecteurs logiques, des temps (le passé simple), des structures grammaticales… Tout cela fabrique ce qu’il nomme, après Orwell, une « novlangue, ce nouvel idiome parlé par le troupeau »(p.263). Mais au-delà de ça, Dufour s’interroge sur la difficulté que l’on a (en particulier dans les milieux académiques) à repérer cet effondrement, et à le nommer ainsi. On parle bien plutôt d’évolution, d’adaptation de la langue. Et pourtant, ce n’est plus de cela qu’il s’agit. Dufour pointe là le système éducatif, vérolé par l’idéologie libérale. Et plus généralement, notre rapport à la culture en général. « C’en est fini, dit Dufour, de toute l’époque moderne qui croyait que le peuple s’émanciperait d’autant plus qu’il s’élèverait haut dans les pratiques de la langue et de la culture. »(p.252) Aujourd’hui, cette dernière n’est plus pensée que comme un privilège de classe, celui qui en a est immédiatement suspect d’être un « dominant ». Mort de la culture, donc de la promesse d’émancipation, avènement du troupeau.

Dany-Robert Dufour

Philosophe français, Dany-Robert Dufour est né en 1947. Il enseigna les sciences de l’éducation à l’université Paris VIII et fut directeur de programme au Collège International de Philosophie. Penseur critique du libéralisme, son originalité dans le domaine est de croiser à ces analyses philosophiques les apports de la psychanalyse freudienne et lacanienne, ce qui lui permet de penser entre autres les ressorts pulsionnels profonds sur lesquels sont basés les dispositifs de consumérisme.

Depuis quelques années, il participe activement au mouvement convivialiste, auprès d’Alain Caillé et de nombreux autres intellectuels. Un mouvement qui se propose de dépasser les idéologies existantes et aujourd’hui largement déclinantes afin de promouvoir une autre vision de la société, et surtout de l’homme. Non pour en appeler à un “homme nouveau”, mais pour penser l’homme autrement, hors des schémas dominants.

Dany-Robert Dufour a son propre site internet.

[image_with_animation image_url=”5327″ alignment=”right” animation=”Fade In” box_shadow=”none” max_width=”100%”]
[divider line_type=”No Line” custom_height=”50″]

Merci d’avoir lu cet article, si vous l’avez apprécié, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux, ou à le commenter en bas de page ! 

Pour ne rien rater de nos prochaines publications pensez à vous abonner !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici