La défaite de la majorité

Harold Bernat

Atlantiques déchaînés, janvier 2022


Harold Bernat est un philosophe de combat. Un combat pour la République sociale et contre le large mouvement de destruction du politique – dont Emmanuel Macron est l’un des plus puissants représentants. La défaite de la majorité est un essai stimulant, dérangeant au sens de Nietzsche, un essai radicalement situé, pour repenser la lutte sociale, plus que jamais nécessaire. La question quasi obsédante que déroule Bernat pourrait se formuler ainsi : par quels stratagèmes de dépolitisation et de fragmentation du corps social une minorité arrive-t-elle à défaire la majorité ? Comment sommes-nous aussi les artisans de notre propre défaite, nous qui sommes majoritaires ? Comment en sommes-nous rendus à voter ou à lutter contre nos propres intérêts ?

Le professeur agrégé de philosophie Harold Bernat poursuit son travail de mise en critique du monde. Un travail proprement philosophique donc, c’est l’une des thèses de Bernat, après Castoriadis ou bien d’autres, un travail politique. Un travail situé, on l’a dit, c’est-à-dire en situation. Quelle est cette situation ? Celle d’un professeur inséré dans l’institution éducative, en lutte contre ce qu’elle est en train de devenir ; celle d’un citoyen qui défend la République dans des mouvements sociaux ; celle d’un philosophe qui pense l’articulation théorique et pratique de tout cela. La défaite de la majorité est le fruit de cette philosophie politique, au sens d’une philosophie qui est déjà politique, en situation. Quelle défaite, et quelle majorité ? Voilà au fond les questions au cœur de l’ouvrage. « Tout est fait, écrit en effet Bernat, pour que la majorité soit défaite et les stratégies pour arriver à ce résultat terrifiant pour la démocratie sont extrêmement sophistiqués, pensés, planifiés » (p.72). Ces stratégies, Bernat le montre bien, sont le fait de ceux qu’il nomme les « fondés de pouvoir du capital », c’est-à-dire les dirigeants politiques, mais aussi de nombre de citoyens eux-mêmes, qui ne rêvent que de diffracter les luttes, de les émietter façon confettis. Ce sont les fameuses luttes pour les minorités par les minorités. Plus un groupe est minoritaire, plus il est digne d’intérêt ; plus ses intérêts sont microscopiques, plus on dit les défendre avec virulence. Cela abouti à une infinie fragmentation du corps social, et, littéralement, à la défaite de la majorité. Car l’agrégation des intérêts microscopiques ne fait pas un intérêt majoritaire. « Qu’est-ce qui nous arrive politiquement, demande le philosophe, pour que nous ayons substitué la lutte pour les minorités à la lutte pour la majorité ? » (p.111)

Les stratégies de décomposition du corps social sont multiples. Elles commencent toutes, et en tant que professeur, Harold Bernat est bien placé pour le savoir, par s’attaquer à ce que l’on pourrait appeler l’armature intellectuelle et morale des citoyens en formation – et tout citoyen est « en formation ». Les réformes de Jean-Michel Blanquer jouent un rôle décisif là-dedans, qui massacrent le lycée, les disciplines, l’exigence éducative et s’en prennent explicitement à la philosophie. L’Education Nationale est un terrain privilégié de destruction du principe majoritaire. Mais cela va au-delà. Les médias en général, et tout ce qui participe du Spectacle, concept fondamental que Bernat reprend à Guy Debord, ont pour fonction la dépolitisation de masse et l’atomisation sociale. Il s’agit de limiter au maximum le recours à la raison critique, celle qui met le monde en question. La philosophie est, bien entendu, indissociable de cette raison critique, voilà pourquoi elle est attaquée. « La destruction de la transmission de l’ethos critique est un des objectifs majeurs des politiques éducatives contemporaines » (p.8). Dans La défaite de la majorité, Bernat raconte la mobilisation d’une partie de ses collègues, à ses côtés, à Bordeaux, contre les réformes Blanquer, et surtout comment ces mobilisations ont été traitées par le pouvoir en place. Mais il raconte aussi l’absence de mobilisation et la dépolitisation croissante de ses autres collègues, trop nombreux. Les professeurs ont massivement voté Macron, c’est-à-dire qu’ils ont soutenu celui qui œuvre à la destruction de leur propre institution et de leur métier.

La pensée critique, puisque c’est un préalable à toute forme de contestation, est une pensée située. Une pensée qui se donne un objet particulier, qui ne réfléchit pas dans le vide, et part de quelque part. La défaite de la majorité réactive la vieille interrogation marxiste qui fit florès en Mai 68 : « d’où parles-tu camarades ? » Le refus de toute situation a finalement été le refus de la lutte des classes elles-mêmes. Le matérialisme marxiste c’est aussi cela : les hommes, donc les pensées, sont nécessairement incarnées. « Il est important de rappeler que nous ne parlons pas de nulle part, que notre propos est toujours situé. Le lieu, l’espace, certes. Plus important encore, la raison sociale de celui qui cherche à rendre sa raison publique. » (p.11) Les philosophes du Spectacle, les causeurs de profession ont des intérêts à défendre ; ils le font dans des lieux particuliers, devant des publics particuliers, en réponse à des invitations particulières. « Qui paie et pour quel travail ? » (p.10) demande Harold Bernat. Cela pourrait passer pour une nouvelle sorte d’Inquisition, pourtant, sans cela, on ne comprend plus rien. Jamais, Bernat ne dit qu’il s’agit là du fin mot de l’histoire, que la position détermine intégralement le discours – ce qui serait une démarche d’inquisiteur. Mais il dit en revanche que savoir d’où vient le discours est essentiel. Les discours sont situés, car leurs émetteurs le sont, c’est une première chose. Mais ils le sont aussi par ce qu’ils disent ou taisent. Nous sommes inondés de discours descriptifs et prescriptifs, émis par des causeurs, des commentateurs, des analystes appointés par le système, des décrypteurs, des décodeurs, des experts en tous genres qui parlent en réalité de nous – la majorité – et nous disent quoi penser de nous-mêmes.

Le Spectacle crée d’une certaine façon une « majorité » de toutes pièces puisqu’il a le pouvoir de nommer. Il parle de nous à notre place, dit qui nous sommes et ce que nous voulons. Ce faisant, il nous absorbe. Un vortex, un trou noir du Verbe. C’est la pire violence symbolique qui soit. Définir l’autre tout en l’empêchant de parler ou en déformant sa parole. Il s’agit de formater une réalité sociale, de nous couper de notre propre expérience, de nous fragmenter nous-mêmes après avoir fragmenté le corps social. Voilà comment on est au-delà même de la manipulation, ou plutôt en deçà : il n’y a aucun discours à manipuler, car le Spectacle est hégémonique et crée de toute pièce sa réalité. « Qui ne dit mot, consent ; mieux, qui ne dit mot, entendra les mots de son consentement dans la bouche de ceux qui ne cessent de parler à sa place. » (p.59) Phrase à la fois terrible et inspirante. Notre pouvoir apparaît alors : leur opposer une fin de non-recevoir systématique en reconstruisant un discours majoritaire. Et pour cela, il faut partir du réel social, de l’expérience vécue, celle que le Spectacle nous dénie. La défaite de la majorité montre parfaitement comment nous sommes pris dans une vaste entreprise de déréalisation. « Nous souffrons d’irréalisme chronique, voilà le premier diagnostic à faire. On nous a appris, car il s’agit bien d’une éducation, mais pas celle qui émancipe, que ce que nous avions sous les yeux, ce que nous faisions quotidiennement, n’était digne de reconnaissance qu’une fois passé par la moulinette du spectacle. » (p.16) La majorité c’est avant tout, comme le dit si bien Bernat, « une vie quotidienne, une pratique, une expérience » (p.127), ce que précisément le spectacle nous ravit. Les « experts » de la téloche ou les militants des causes minoritaires ont pour projet de découper ces expériences communes, de les fragmenter, d’en dégager les minuscules particularités pour, au final, faire totalement disparaître ce qu’elles ont de majoritaire.

L’expérience d’une femme noire trans ne peut pas être celle de la majorité. Voilà comment résonnent les Zemmour ou les Rokhaya Diallo. C’est en fin de compte de ces deux écueils que nous prémunit Bernat en remettant au centre du jeu politique la majorité comme expérience sociale. Ce qui est d’une portée considérable, car il en va de la République elle-même – donc de la démocratie. La défaite de la majorité n’est rien d’autre que la défaite de la res publica, ce qui est bien le projet de Macron, qui n’a de cesse de vendre la République à la découpe pour satisfaire les intérêts du capital. Macron qui prétend pourtant être la voix de la majorité, du peuple, de la démocratie. S’opposer à Macron, ce serait donc s’opposer à la majorité (« après tout, il a été élu par les Français », une phrase si souvent entendue), ce serait être un factieux, un extrémiste, un radical. Il n’y a donc pas d’alternative : Macron ou le chaos. Il s’agit, tout en fragmentant la majorité réelle, de créer une « majorité factice », censée représentée – voire incarnée – par la minorité au service de ses propres intérêts. Usage du simulacre, de la « déréalisation » pour complètement renverser les choses.

Je n’ai pas abordé ici tous les points du livre, d’une grande densité. On y trouve notamment une lecture critique des théories de Chantal Mouffe et Ernesto Laclau, ainsi que de ceux qui promeuvent la destruction des partis politiques structurés au profit de mouvements fluides, insitués voire gazeux. Refuser la structuration, refuser l’organisation, refuser la mise en situation politique, c’est participer de la dépolitisation et du devenir minoritaire des luttes. Toujours ce souci, chez Bernat, d’être situé, incarné, comme l’est nécessairement le politique. La défaite de la majorité parle longuement des stratégies des luttes sociales et des syndicats, pour partie responsables de l’affaiblissement desdites luttes. Voilà pourquoi, en contrepoint, le philosophe insiste tant sur le mouvement des Gilets jaunes, véritable mouvement politique. « Une très large partie du mouvement [des Gilets jaunes] s’est dressée contre l’abstraction politique, la séparation spectaculaire et marchande, forme ultime de la dépossession. » (p.74)

Je le redis, un essai dense, sans complaisance, un essai important. La République sans la majorité disparaît, c’est ce qui se produit sous nos yeux. La défaite de la majorité, entre analyse philosophique et traité politique, sonne finalement comme un appel : « Français, encore un effort pour être radicalement républicains. » (p.158)


Merci d’avoir lu cet article, si vous l’avez apprécié, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux, ou à le commenter en bas de page !
Pour ne rien rater de nos prochaines publications pensez à vous abonner !
Vous souhaitez soutenir Phrénosphère ? Vous pouvez faire un don !

Leave a Reply